# 1

Ils furent les premiers arrivés à la pointe. Leur acte de mariage a été établi à La Malbaie le 31 octobre 1839.
 

François-Xavier Poulin
 

Agnes Jordan

Il était le fils de François Poulin et de Marie Connelly. François et Marie s'étaient mariés à Verchères le 4 septembre 1809. Marie Connely était d'origine irlandaise. Son père, officier du régiment de la Nouvelle York, était né à Mallow, comté de Cork (Corcaigh en gaëlique) en Irlande. C'est sur la côte sud de l'île. François-Xavier est né en 1814.

Elle était la fille de Charles Jordan et de Agnes Simeon. Charles Jordan était d'origine irlandaise et résidant de Terrebonne. Employé de la Baie d'Hudson, il quitte Terrebonne pour un emploi de responsable du poste de traite de Godbout, poste qu'il occupe de 1833 à 1844. Agnes Simeon était de Pointe-Bleue.

 

François-Xavier Poulin, connu sous le nom de François, était maitre-tonnelier pour la Compagnie de la Baie d'Hudson. C'était un métier spécialisé consistant à construire des tonneaux de bois qui étaient fort utiles pour le chargement du poisson dans les bateaux. Dès 1832, on le retrouve au service de cette compagnie au poste de Tadoussac. Les archives ne disent pas s'il n'y était que de passage ou s'il y est resté. De 1834 à 1837, il exerce son métier au poste de Sept-Îles. Les archives de la paroisse mentionneque le 19 juillet 1837, il a été parrain de Marie Cameron, fille de Duncan Cameron et de Agathe Chisholm. Il a ensuite été transféré à Godbout où le poste était dirigé par Charle Jordan.  est arrivé à la pointe en 1838 ou 1839. L'endroit s'appelait alors la pointe Trinité. Il s'y établit en 1840. Il était employé de la Compagnie de la Baie D'Hudson en tant que tonnelier. C'était un métier spécialisé consistant à construire des tonneaux de bois qui étaient fort utiles pour le chargement du poisson dans les bateaux.

François Poulin faisait aussi la pêche au saumon dans la rivière Trinité et était le gardien de celle-ci. Il s'est associé à son beau-père Charles Jordan pour faire du commerce avec les Indiens et les passants.

François Poulin et Agnes Jordan ont eu quatre enfants : Marie, Louise, Adelaïde et François (Francis). François meurt en 1856 à l'âge de 42 ans. Il est inhumé dans le cimetière de la pointe. Leur fille Marie est décédée à l'âge de 16 ans alors qu'elle était élève chez les Ursulines de Québec. Elle est la seule enfant enterrée dans le cimetière familial.

Sa femme Agnes demeure à Baie-Trinité et continue à exploiter la pêche au saumon et le commerce. Elle se remarie le 25 avril 1863 avec John Narcisse Mead, d'origine écossaise.

Le couple continue à faire fructifier leurs avoirs. Le commerce et la pêche leur apportent de quoi bien vivre. Mead meurt en 1884 et Agnes Jordan-Poulin-Mead le 21 septembre 1898.

Le testament de sa fille Adelaîde Poulin, décédée en 1880, mentionne que sa bonne mère Agnès Jordan est auprès d'elle à Matane. Elle lui demande de bien vouloir élever ses enfants, tous en bas âge. On peut penser qu'elle est demeurée à Matane et que son fils François avait alors pris sa relève à Baie-Trinité. Où était Narcisse Mead? À Matane? Un des fils de Adelaîde se prénomme William-Narcisse (son parrain serait-il Narcisse Mead - c'était la coutume du temps)

Agnes Jordan était la soeur de Charle Jordan inhumé au cimetière de la famille Poulin. La sépulture de Charle Jordan est restée hors de la clôture parce qu'il n'était pas catholique jusqu'à ce que le cimetière soit agrandi par le propriétaire actuel de la pointe, Bernard Poulin. Charle Jordan était capitaine d'un bateau qui fit naufrage.

Pour lire l'histoire de cet ancêtre selon les Archives Nationales, cliquez ici. Leur version est plus complète.

 

# 2 C'est son fils François connu sous le prénom de Francis qui lui succède.